Frères D'Armes Index du Forum
Frères D'Armes Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Lyunaï

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Frères D'Armes Index du Forum -> Partie Privée Commune reservée aux Frères D'Armes -> Les Archives
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Gahart
Frère d'armes
Frère d'armes

Hors ligne

Inscrit le: 18 Fév 2014
Messages: 431
Sexe: Masculin
Jeu secondaire: Dark Souls
Autre Jeu: The Forest, DayZ, CS
Classe principale: Maehwa
Point(s): 417
Moyenne de points: 0,97

MessagePosté le: Sam 29 Nov - 19:08 (2014)    Sujet du message: Lyunaï Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
- " S'il te plait maman, raconte moi encore cette histoire ! "

- " Je te la raconte tous les soirs. Tu ne veux pas entendre celle du Skelk et l'Enfant ? "

- " Non ! Je veux que tu me racontes celle du loup ! "

- " ... Bien... "

    La femme se saisit d'un livre sur l'étagère et s'assit confortablement dans son siège.

    L'ouvrage qu'elle tenait entre ses mains semblait sans age. Des runes étaient inscrites sur la tranche. Chaque fois qu'elle prenait ce livre, elle souffrait du changement de sa petite fille. Depuis que son père avait quitté la maison, laissant sa femme et sa fille dans cette prairie, l'enfant n'était plus la même. Il était parti, comme souvent, avec son ami, mais n'était jamais rentré à la maison.
   
    La mère n'était pas naïve, elle savait que la mort de son mari était la raison de cette obsession. Mais que faire. Elle ne pouvait lui refuser cette lecture. Celà n'aurait fait qu'engendrer d'avantage d'ardeur à l'égard de ce " Loup ".
  
    Alors elle continuait de le lui compter. En observant sa fille s'éloigner un peu plus chaque jour.
   
    C'est le plus vielle ami de Saren, Tarn, qui avait rapporté ce livre en présent, après avoir rendu visite à la veuve et l'enfant, disant qu'il avait appartenu à Saren. Tarn était un grand gaillard, barbu, autant que trapu. Un vielle ami de la famille. Pourtant, cette visite fut sa dernière.



    Un nuit où la lune était pleine, la petite fille alors âgée de treize ans se réveilla. Ne parvenant pas à se rendormir, elle prit le livre de son père et l'ouvrit. Elle en dévora une partie, avant que son attention ne soit attirée par un bruit étrange à l'extérieure.
Plus que curieuse, elle sortit précipitamment, sans prendre soin de se vêtir d'avantage. Elle prit tout de même un petit sac à l'interieur duquel elle glissa le livre.
Le temps était étrange. Froid et sec. Et pourtant, une brume étrange émanait du sol.
La jeune fille s'éloignait de la maison, dans la nuit, appelée par cette étrange voix encore inconnue, semblant venir de la forêt. Elle s'enfonça dans le bois. Il faisait si noir, qu'elle disparu en un clin d’œil. Comme happée par l'ombre.

    Elle continua hardiment à suivre cet appel étrange dans la forêt où le temps semblait ne pas exister. Elle luttait contre les ronces sans prêter attention aux bruit effrayants. Sa robe n'en finissait pas de se déchirer, mais l'enfant continuait d'avancer.

    Elle finit par arriver près d'un chêne immense. Si grand qu'il surpassait chacun des autres arbres. Comme si tous nétaient que le prolongement de ses racines. Chacune des ses feuilles étaient blanches. Le tout dépeignait un tableau surprenant mais unique de par sa beauté.
    Sur l'une des branches se tenait un volatile bien étrange. La tête penchée et les yeux fixés sur la petite fille.



- " Je savais que tu viendrais. "

- " Qui es-tu ? "

- " Lyunaï. Je suis toi ! "


    Aussitôt, le corbeau blanc déploya ses ailes semblables à des lames, quitta sa branche et se rua sur la petite fille qui ne fit rien pour l'éviter. L'oiseau entra en elle et s’immisça dans son cœur. En un instant, l'esprit présent sur la branche ne fit plus qu'un avec l'enfant.
    Elle perdit alors connaissance et s’effondra dans la brume.

   
    Lorsqu'elle ouvrit les yeux de nouveau. L'obscurité s'était depuis longtemps dissipée. Au même titre que la brume. Lyunaï se leva, tentant de retrouver l'équilibre, et fit quelques pas pour s'asseoir sur une racine. Elle se rendit alors compte qu'un autre présent lui avait été laissé ici. Elle s'approcha du tronc géant, et ramassa deux dagues plantées au pied de l'arbre.
    La petite fille avait déjà vu des armes. Son père était l'habille détenteur de deux lames fines avec lesquelles il était incroyablement agile.  Tarn lui maniait l'espadon mieux que personne. La petite les avaient souvent vu s'en aller ensemble, armes à la main pour ne revenir que des jours plus tard. Jusqu'à ce que Saren emprunte un allez simple. Et que Tarn disparaisse..
    Mais ces lames n'avaient rien à voir. Non. Elles étaient d'une légerté incomparable, d'un équilibre parfait. Des glyphes dansaient le long de la lame, et une énergie étrange en émanait, ainsi que de la garde.
    Après un long moment à observer ces lames, Lyunaï reprit conscience de ce qui l'entourait, et réalisa que sa mère devait être morte d’inquiétude en la cherchant partout. Elle jetta un dernier regard au chêne, dont les feuilles étaient désormais noires; puis se mit en route calmement. Elle se déplassait bien plus facilement dans le bois maintenent. Faisant preuve de plus de souplesse et d'aglité. Ni les ronces ni les racines ne lui posaient de problèmes.


    Quand elle arriva à la sortie du bois, l'air lui glissa sur le visage. Elle ferma les yeux et prit une grande inspiration. Elle observa en direction de sa maison, puis se mit en route, dans la direction opposée.
    L'enfant que tout le monde avait connue n'existait plus. Elle avait disparu un soir d'automne. Sans que personne n'en sache d'avantage...

    Le soir venu, exténuée elle décida de s'arrêter dans un hameau pour se reposer. Un garde à l'entrée l'interpella :


- " Hey petite ! Qu'est-ce que tu fais là ? C'est pas une heure pour sortir. Tu pourrais tomber sur la mauvaise personne hahaa.


La petite ne répondit pas.


- " Je te parle gamine ! Et je t'ordonne de me répondre ! "

    Le garde s'avança d'un pas décidé et hostile. Il saisit le bras de l'enfant et la jeta contre un mur. " Tu vas voir ce que ça coute par ici l'insolence ! " Reprit l'homme aviné. Il commença à baisser son pantalon quand il sentit un courant d'air froid dans sa gorge. Il tenta d'insulter la petite mais rien ne sortit d'autre qu'une gerbe de sang. Sans comprendre qu'une dague venait de lui tranché le coup, il s'écroula sur le sol, et se mit à convulser. Lyunaï décida de partir avant que quelqu'un ne passe par là. Elle débuta sa course en direction du prochain petit village qu'elle atteint en peu de temps, chercha un endroit isolé, et décida finallement de se coucher dans de la paille, dans une étable. Elle s'endormi sans repenser à ce qui s'était passé et à la vie qu'elle avait prise quelques heures auparavant.

    Lyunaï se réveilla très tôt et quitta l'étable pour ne pas attirer l'attention. Elle se promenait sur le marcher à la recherche de nourriture quand elle entendit deux marchants discuter à propos d'un corps découvert dans le village voisin :

- "  Mon cousin m'a dit que c'était un garde qui surveillait la porte. Il s'est fait tranché la gorge ! " informa le premier.

- " Certains disent qu'il s'agissait de Nirin. Y a des rumeures comme quoi c'est lui qui a violé et tué la femme qui a été retrouvée il y a quelques semaines... Peut-être y a t-il une justice..." poursuivit le second.

L'enfant vola quelques fruits et s'eclipsa.

   

    Durant sa marche, le Corbeau Blanc ne put s'empêcher de repenser à ce qui s'était passé cette nuit là. Elle avait pris une vie, et ce sans aucun remords. Quel enfant de treize ans agirait comme cela ?
    Elle accélérait le pas quand un groupe l’interrompit et la sortit de ses pensées :

- " Halte là ma jolie ! " s'écria un petit trapu, chauve, le visage couvert de cicatrices. Il reprit. "  Tu m'as l'air bien jeune pour voyager seule ! Tu n'as donc pas peur ? " Il dégaina sa dague et s'approcha de la petite. Ses compagnons derrière, riaient, pensant déjà au bon temps qu'ils allaient passer. Les cinq hommes puaient la charogne. Sans doute des bandits qui campaient dans le bois en attendant des voyageurs à détrousser...

    Lyunaï dégaina ses dagues, sans perdre de temps et couru immédiatement sur ce qui semblait être le chef du groupe. Surpris, il n'eu pas le temps de parer que, comme l'oiseau s'était rué dans le coeur de l'enfant, les Ailes du Corbeau s'étaient plantées dans le palpitant du bandit. Ses hommes pris de peur en voyant leur meneur subir un tel sort, prirent la fuite sans demander leurs restes.
Sans dire mots, l’enfant continua son voyage.



    Durant des mois elle poursuivit son avancée à travers les terres de tout le pays. Avant de s'installer dans une petite maison abandonnée, dans une plaine. Le petit logement semblait avoir résisté à la solitude. La rivière qui courrait devant était pleine de poissons se laissant porter par le courant. Elle avait décidé de s'y arrêter.

    Son père lui avait appris beaucoup de choses. Dont la chasse aux lapins. L'enfant combla ses besoins comme cela, et en cherchant les fruits dans le verger d'à côté.
    Elle passait le plus clair de son temps à s'entrainer. Maniement des dagues, discrétion, rapidité, autant de choses qui pourtant lui semblaient innées.
Les mois passèrent. Puis les années. L'enfant n'en était plus un.
C'était une chasseuse hors pairs, capable de pister n'importe quel animal, en toutes circonstances. Elle parvenait même à approcher les cerfs sans qu'ils ne sentent sa présence, avant de leur sauter dessus pour leur poignarder le cœur, les tuant sur le coup. Ainsi ils ne connaissaient ni la peur, ni la souffrance...


    Lyunaï était devenu une ombre. Insaisissable. Sans passé ni avenir. Une ombre... Qui avait pris suffisamment de temps pour grandir, et qui allait reprendre sa route. Elle abandonna sa demeure des cinq dernières années, la rivière et le verger pour se diriger vers l’ailleurs.           Elle regarda une dernière fois la rivière guider les poissons, puis entama une nouvelle partie de son voyage. Après plusieurs heures de marche, elle passa sa première nuit dans un bois non loin d'un village. Elle reva de ce jour où, petite fille, elle s'en était allé dans la forêt, répondre à cet appel étrange. Elle rêvait toutes les nuits. De choses et d'autres. Parfois, elle révait de sa mort. Elle révait qu'elle tombait dans le vide. D'autres fois, elle était privé de liberté sans raison. Parfois encore, elle parlait avec le corbeau comme c'était le cas cette nuit là. Lyunaï finit par ce réveiller, quand un oiseau se posa sur la branche d'un arbuste non loin de sa tête.
- " Pourquoi m'as tu choisie, cette nuit il y a trois ans, corbeau ? "

- " Qui d'autre puis-je choisir que moi même ? "

- " Que veux tu dire ? "

- " Tu ressembles à ton père. Pleine d'amour malgrés ton talent pour tuer. Je suis la partie de toi que tu as perdu quand tu as appris la mort de Saren. Certaines âmes possèdent un don duquel découle un grand pouvoir, et un devoir. Comme ton père, tu fais partie de ceux qui se battent pour ce monde. "


    Lyunaï décida d'ouvrir son livre. Elle n'en avait rien lu depuis son départ. Elle le sorti d'un sac en peau de daim, et le mit sur ces genoux. Alors qu'elle l'ouvrit, les glyphes s'illuminèrent. Quelque chose semblait différent. Cela faisait longtemps, mais elle savait que quelque chose avait changé. Elle feulleta rapidement l'ouvrage, puis tomba sur une lettre, entre deux pages. Elle l'ouvrit puis se mit à la lire. Il ne s'agissait pas de la langue commune. Pourtant, intuitivement, Lyunaï la déchiffra sans problèmes. Le message parlait de la corruption qui menaçait la Tyrie. Les derniers mots étaient :

" Mon ami, si tu plonges dans ce lac pour rendre au monde ses couleurs, tu y perdra la vie. "

    Perturbée, la jeune fille resta à fixer cette lettre, cherchant à comprendre de quoi il pouvait bien s'agir, et resta assise un moment à réfléchir. Elle ne partirait pas aujourd'hui. Elle attendrait le lendemain pour marcher vers la Tyrie.



    Le soleil se leva, et Lyunaï décida de se rendre à Ghapur, la ville la plus proche pour se renseigner. Ce devait être une superbe cité jadis. Mais aujourd'hui il n'en reste que des vestiges. La corruption semblait régner en ces lieux. Lyunaï ne prit pas le temps de se faire un avis. Elle devait trouver des réponses, et elle ne pouvait se permettre de questionner n'importe qui. Alors elle observa, discrètement, cherchant à qui elle pourrait demander conseil. Elle se dirigeait vers un vieux commerçant quand elle fut attirée par le cri d'un viellard, piétiné par trois détrousseurs. Personne ne semblait vouloir agir pour aider l'homme dans le besoin. Lyunaï marcha dans sa direction, et s'interposa entre la victime et ses agresseurs.

" - Qu'est-ce que tu as toi ! " cracha le premier. " Tu vois pas qu'on est occupé ! Allez, dégage avant que je demande et mes amis de s'occuper de toi ! "

- " Aidez moi je vous en prie "

- " Ta gueule ! " beugla un autre. Celui ci portait une dague à la ceinture, et tenait un couteau de lancer dans sa main gauche.

Le troisième n'était pas armé. Plus timide, il restait en arrière profitant de l'effet de groupe pour cacher ses jambes tremblantes. Le second, le plus âgé, reprit la parole :

- " T'entends pas c'qu'on t'dit ? Tant pis pour toi. On t'aura prévHAaaaaarg ! "

    Il n'eut pas le temps de terminer sa phrase que Lyunaï lui amputa la main gauche, avant de sauter par dessus pour se placer entre le vielle homme et l'un des couards. Elle enchaina avec une vrille, aveuglant ce dernier, puis lui trancha la gorge d'un coup net, tel un courant d'air la lui carressant...
Le manchot, encore sous le choc cria à n'y rien comprendre des ordres incohérents. Lyunaï disparu de sa vue, en un instant, et se retrouva sur lui. Elle le faucha ce qui le mit à terre, et lui planta une dague dans le cœur avant de se retourner aussitôt vers le dernier, qui n'avait pas bougé. Elle essuya le sang sur son masque, en regardant le survivant dans les yeux. Paniqué, il prit la fuite en hurlant à l'aide. Mais une ombre s'abattu sur lui et lui ota la vie. Les poumons perforés, le jeune homme s’effondra. Des gerbes de sang s'échappaient de sa bouche alors qu'il convulsait, déjà mort.
Lyunaï se retourna, aida le vielle homme à se lever, et tout deux s'enfuirent alors que la garde arrivait.


    Une fois en lieux sur chez lui, il proposa à boire, et convia la jeune fille à s'asseoir. Il s'assit  en face d'elle, et pansa ses plaies le temps que l'eau chauffait. La mixture qui se préparait était du kavan. Un mélange de plantes trempé dans du miel avant d'être mis à infuser dans du lait.

- " Merci " eut-il du mal à dire. Sa mâchoire le faisait terriblement souffrir. " Sans toi, je serais mort à cet instant. Ma vie se serait achevée et je serais parti rejoindre les esprits  "

- " Les esprits ? "

- " Bien sur. Le monde dans lequel nous vivons et bien plus grand et complexe que nous ne voulons bien le croire. Nous sommes entourés d'esprits mon enfant. J'en ai rencontré un, il y a fort longtemps. Mais il est aujourd'hui rongé par la corruption... C'est une bête blessée... Une âme en peine qui s'est sacrifiée pour que les êtres humains ne sombrent pas. Elle souffre aujourd'hui près d'un lac au nord.

- " Je suis à la recherche de ce lac. Comment puis-je m'y rendre ? " demanda Lyunaï.

Le vielle homme se leva pour aller chercher le kavan, servit son invitée avant de remplir son propre verre, puis il reprit :

- " Ce qui s'y trouve ne te plaira pas jeune fille. "

- " Je dois m'y rendre "

 Soudain, une voix grave les interrompit : " Ici la garde ! Vous êtes suspecté d'héberger une meurtrière ! Ouvrez ! " Entendirent-ils.

- " Ils ont donc fini par nous retrouver. Va. Passe par cette fenêtre, elle donne sur l'autre ruelle. C'est un peu haut mais c'est la seule solution. Je vais gagner du temps. Le lac ce trouve au nord, à deux jours de marche. Fais attention à toi petit corbeau blanc. "

    Lyunaï le regarda, puis ouvrit la fenêtre alors que les gardes enfoncèrent la porte. Le vieillard tenta de s'interposer, mais une grande brute armée d'une lance le repoussa contre la table avant d'apercevoir une ombre se jeter par la fenêtre. Le commandant aboya de retrouver la suspecte en fuite. Les troupes se mobilisèrent. Toute la ville était à sa recherche.

Mais le temps que les ordres de la garde paniquée soit mis à exécution, que les portes se referment et que tout le monde soit en place, la jeune fille avait déjà disparu...

Elle courut un moment avant de rentrer dans un bois proche. Elle ralentit le pas mais ne prit pas le temps de s'arrêter. Elle devait distancer la ville et ses hommes au possible.
    Elle continua à s'enfoncer dans la forêt en direction du Nord, comme le lui avait indiqué le vielle homme. Cet homme, qu'était-il devenu ? Tandis que Lyunaï avançait, elle repensait à ce qu'il avait dit. Il semblait savoir ce qu'elle cherchait. Il l'avait démasquée et ne s'était pourtant pas attardé sur le sujet.
Tout en avançant elle se perdit dans ses pensées. Elle repensa à la petite fille perdue qu'elle avait été il y a longtemps. Bien longtemps... Elle se remémora cette nuit dans la forêt, sous le grand chêne. Son esprit vagabonda dans différents temps et lieux avant d'être ramené au present par la pluie qui commençait à tomber. Il faisait déjà nuit et elle décida de s'arrêter pour se reposer sous un gros rocher. Elle ne prit pas le risque d'allumer un feu au cas où la garde serait à sa poursuite. Elle s'allongea, laissa son esprit s'envoler à nouveau, et s'endormi.

    La lune brillait toujours quand elle se réveilla. Elle décida de reprendre la route. Il fallait qu'elle sache ce qui s'était passé dans ce lac. Pourquoi les derniers mots de Tarn y faisait référence ? Qui étaient vraiment ces deux hommes ? Plus elle se rapprochait, plus les questions lui venaient. Plus elle avançait et plus son coeur battait.
Elle marcha sous les arbres. Le temps semblait ne plus exister. Mais soudain elle se rendit compte que quelque chose avait changé. L'énergie qui se dégageait de cette partie du bois était différente. A la fois plus claire, et en même temps tellement agitée. C'était une situation délicate à décrire et la jeune fille en déduit que cette histoire l'affectait trop. Qu'il n'y avait pas de raisons... Elle contourna un arbre immense, sauta un faussé, repoussa quelque branchage et, immobile, découvrit le lac qu'elle cherchait tant.

Le spectacle qui se tenait devant elle était sans pareil. Des arbres sans feuilles, tordus peuplaient un petit îlot. L'énergie qui l'habitait tout à l'heure s'était amplifiée. La noirceur semblait avoir corrompu toute cette zone... Lyunaï s'approcha prudemment. Elle emprunta le petit radot et se rendit sur l'ïle en question. Les racines, pour beaucoup apparentes, étaient tordues. Les troncs d'arbres eux même semblaient dépeindre des visages torturés. Lyunaï sentait que la peine reignait ici, mais celà ne l'affectait pas. le Corbeau Blanc ne pouvait se permettre d'être touché par tout celà.
    Elle continuait sa progression quand un grand loup noir sortit de l'ombre et grogna. Son poil sombre luisait sous la lune, mais on pouvait remarquer une petite tache blanche au niveau de son coup.

    Lyunaï l'observa s'approcher. Il s’arrêta à trois pas du Corbeau, et observa ce dernier à son tour. La lune elle seule préservait les deux êtres de l'obscurité totale. Leur regard se croisèrent, et Lyunaï comprit que le loup se préparait à l'attaquer. Elle déguaina ses dagues et inspira profondément. Les feuillent, toutes tombées des arbres depuis longtemps formaient comme de petites tornades au ras du sol. Le loup regarda Lyunaï dans les yeux, et chargea.
Ses puissants muscles l’amenèrent à une vitesse phénoménale sur le Corbeau Blanc qui dû sauter par dessus pour ne pas être renversé. Le loup se retourna, grogna à nouveau et réitéra. Lyunaï roula sur le côté et écorcha le genoux de la bête qui hurla de fureur. Du sang noir s'écoulait de sa blessure alors qu'elle sauta au visage de Lyunaï. La jeune fille n'eut pas le temps d'esquiver. La bête était sur elle, prête à lui déchiqueter le visage. De la bave coulait le long des joux de l'humaine qui se débattait pour rester hors de porter de crocs. Alors qu'elle luttait, son regard croisa celui du loup à nouveau. Ses yeux étaient noirs. Noirs comme son sang, comme son poil. Lyunaï n'avait jamais vu une telle haine. De tous les hommes qu'elle avait pu tuer, dans les yeux d'aucuns d'eux, aussi stupides ou méchants avaient-ils été, elle n'avait vu autant de haine. Le loup ne semblait plus annimé que par cette haine sans pareils...


    Elle tenta de récupérer l'une de ses dagues, qu'elle avait perdue lors du saut de la bête. Les crocs s'approchaient de son visage, il ne lui restait que peu de temps, elle faiblissait. Elle réussit à récupérer une dague, qu'elle fit glisser le long du coup de la bête, avant de faire passer cette dernière par dessus elle à l'aide d'un coup de pied, profitant de mettre le ventre du loup à découvert pour le poignarder.
La bête s’effondra. Son sang recouvrait peu à peu le sol, mais elle respirait encore, peniblement.
Lyunaï se releva, reprit son souffle et regarda le fluide noir s'étendre. Jamais de sa vie elle n'avait peiné. Chacun de ses adversaires avait trouvé la mort rapidement, avec des coups précis que l'Ombre portait à une vitesse vertigineuse. Pourtant, la bête encaissait les coups, elle avait même réussis à mettre Lyunaï à terre...

    Elle ramassa la seconde Aile du Corbeau, et s'avança doucement vers la bête blessée. Elle s'accroupit et posa une main sur le loup. La bête posa son regard sur elle, avant de rendre son dernier souffle. Ses membres se mirent alors à se métamorphoser. Ses jambes s'allongèrent, ses bras, son torse. Les poils disparurent pour laisser place à une peau tendre et blanche. Sa mâchoire se raccourcit, tout comme son museau et ses dents. L'être étendu dans son sang n'était plus un loup mais un homme. Un homme qui n'était pas inconnu à Lyunaï. Malgrés toutes ces années, il semblait ne pas avoir viellit. Il était comme dans ces souvenirs. Elle n'eut aucune difficulté à reconnaitre son père, mort, éclairé par les puissants rayons de la lune.
L'air se fit plus doux. Lyunaï se releva, désorientée, quand du cadavre au sol s'échappa une brume étrange. Observant la scène, la jeune orpheline vit la brume former un loup. Un magnifique loup gris qui flottait au dessus du cadavre de son père.

- " Je te remercie  Corbeau Blanc. Tu as mis fin à la peine qui nous rongeait depuis toutes ces années... " Tu as libéré ton père de cette souffrance, de ce calvaire qui n'en finissait plus. Il a lutté... Il s'est battu du mieux qu'il pu. Mais la corruption l'affligeant était bien trop puissante. Il savait qu'en plongeant dans ce lac pour empêcher la noirceur de se propager, elle se jetterait sur lui. Il s'est sacrifié pour ce monde. "

Lyunaï ne dit mots, perdue dans un tourbillon de sensations étranges et pour certaines inconnues.
Elle savait désormais pour quelle raison elle était attirée vers ce lieux.
Le loup reprit :

- " Son plus vielle ami, Tarn, tenta de le résonner. Mais ton père savait ce qu'il faisait, et personne ne l'en aurait empêché. Saren lui demanda finalement de mettre fin à ses jours avant que la corruption ne s'empare totalement de lui, mais Tarn, dépassé par ses émotions perdit le combat contre la bête qui avait prit le dessus sur son ami. "
A présent, il est temps pour nous de retrouver la paix. Nous te remercions Lyunaï, de nous avoir délivrés.

La brume s’agita et le loup disparut.

Et maintenant ? Se demanda Lyunaï. Elle venait de tuer son père, ce qui l'avait par la même occasion délivré. Les seules personnes pour qui elle avait eu de l'affection étaient mortes.
Elle ferma les yeux et pris une grande inspiration. L'air était doux désormais. Paisible... La jeune fille regarda ses lames, sur lesquelles la lumière de la lune se reflétait. Elle rengaina, puis s’endormit, épuisée.



    Le soleil était déjà haut dans le ciel quand elle ouvrit les yeux. Les arbres avaient retrouvés leur feuilles, les oiseaux chantaient à nouveau et toute énergie négative avait disparu. L'îlot et ses alentours étaient redevenu le havre de paix qu'ils devaient être avant tout ça...
Lyunaï ressembla ses affaires et quitta les lieux.


Elle passa les années qui suivirent à errer, de villes en villes, de campagne en campagnes à travers tout le pays, éliminant celles et ceux qui s’amassaient sur son chemin. Avant de disparaitre telle une ombre.

 
C'était à sa façon qu'elle veillait sur monde. Car elle était Lyunaï, le Corbeau Blanc.

_________________
" Le contexte est plus fort que le concept "
" Vielle Âme "


Dernière édition par Gahart le Sam 29 Nov - 21:06 (2014); édité 1 fois
Revenir en haut
Trangy
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 29 Jan 2014
Messages: 1 255
Sexe: Masculin
Jeu principal: Guild Wars 2
Jeu secondaire: Diablo III
Autre Jeu: Civilization
Point(s): 1 268
Moyenne de points: 1,01

MessagePosté le: Sam 29 Nov - 20:12 (2014)    Sujet du message: Lyunaï Répondre en citant

C'est très beau, et très long, bravo Gahart  Okay
_________________
GW2 (crafteur pro)

« L'intelligence, c'est comme les parachutes, quand on n'en a pas, on s'écrase. » (Pierre Desproges)
Revenir en haut
Hunoix
Frère d'armes
Frère d'armes

Hors ligne

Inscrit le: 08 Fév 2014
Messages: 1 477
Sexe: Masculin
Point(s): 1 546
Moyenne de points: 1,05

MessagePosté le: Dim 30 Nov - 13:12 (2014)    Sujet du message: Lyunaï Répondre en citant

Joli pavé !
_________________
"Un rêve est beau tant qu'on peut l'imaginer. Une fois réalisé, il est mort."
Revenir en haut
Skype
logan
Officiers
Officiers

Hors ligne

Inscrit le: 02 Fév 2014
Messages: 469
Sexe: Masculin
Jeu principal: Guild Wars 2
Point(s): 484
Moyenne de points: 1,03

MessagePosté le: Dim 7 Déc - 02:32 (2014)    Sujet du message: Lyunaï Répondre en citant

excellent^^



l une de mes bd préférée merci ^^
_________________
A la retraite pour bons et loyaux services.
Réserviste TPVP

Resquiescat in pace.
Revenir en haut
Levertgaland
Maître de guilde
Maître de guilde

Hors ligne

Inscrit le: 30 Jan 2014
Messages: 862
Sexe: Masculin
Jeu principal: Black Desert Online
Jeu secondaire: Guild Wars II
Serveur: Jordine
Classe principale: Musa
Point(s): 932
Moyenne de points: 1,08

MessagePosté le: Lun 8 Déc - 12:55 (2014)    Sujet du message: Lyunaï Répondre en citant

J'ai l'impression d'être un sombre ignare.... connais pas!
_________________
Levertgaland, Premier Berseker Niv 120
TenakhaKhan - Musa lvl 59
Arvernes, Ad Vitam et Ultra!
Revenir en haut
Levertgaland
Maître de guilde
Maître de guilde

Hors ligne

Inscrit le: 30 Jan 2014
Messages: 862
Sexe: Masculin
Jeu principal: Black Desert Online
Jeu secondaire: Guild Wars II
Serveur: Jordine
Classe principale: Musa
Point(s): 932
Moyenne de points: 1,08

MessagePosté le: Lun 8 Déc - 16:24 (2014)    Sujet du message: Lyunaï Répondre en citant

.... cela a l'air assez dense.... je vais continuer à creuser! ^^
_________________
Levertgaland, Premier Berseker Niv 120
TenakhaKhan - Musa lvl 59
Arvernes, Ad Vitam et Ultra!
Revenir en haut
redenki
Officiers
Officiers

Hors ligne

Inscrit le: 30 Jan 2014
Messages: 343
Sexe: Masculin
Jeu secondaire: GW2
Autre Jeu: BF3/TSW/Civ4
Point(s): 362
Moyenne de points: 1,06

MessagePosté le: Lun 8 Déc - 18:43 (2014)    Sujet du message: Lyunaï Répondre en citant

connais pas non plus... 
Revenir en haut
logan
Officiers
Officiers

Hors ligne

Inscrit le: 02 Fév 2014
Messages: 469
Sexe: Masculin
Jeu principal: Guild Wars 2
Point(s): 484
Moyenne de points: 1,03

MessagePosté le: Jeu 11 Déc - 04:07 (2014)    Sujet du message: Lyunaï Répondre en citant

j étais pas vieux quand je l ai lu mais c est vraiment génial
_________________
A la retraite pour bons et loyaux services.
Réserviste TPVP

Resquiescat in pace.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 13:03 (2017)    Sujet du message: Lyunaï

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Frères D'Armes Index du Forum -> Partie Privée Commune reservée aux Frères D'Armes -> Les Archives Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
darkages Template © larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com